Il y a un problème, et vous êtes la solution!

Luc Dupont faisait suivre une nouvelle sur Twitter dans laquelle on pouvait y lire que 55% des entreprises n’ont pas de politique d’utilisation à l’égard des médias sociaux.

Pensez-y, 55% des entreprises ont un vide, un gros no man’s land quand il s’agit des médias sociaux! Un beau sujet à reTweeter, à blogger, mais également une nouvelle qui pourrait servir de levier pour vous!

Il y a un problème, une lacune qui est soulevée et si cela est votre tasse de thé, si vous vous y connaissez le moins du monde, voilà une belle opportunité dans laquelle se lancer.

On est à l’ère du média social, le pouvoir est revenu dans les mains du grand public, la balance a changé de côté et ce changement de cap est déstabilisant pour beaucoup d’entreprises, car ils sont dans un moule contraignant, aveuglant et ont besoin d’esprit vif et créatif pour leur montrer comment explorer cette nouvelle voie!

Vous êtes les explorateurs d’aujourd’hui! Vous êtes les leaders! Votre voix porte!

Oui, bien sûr, il y a déjà des gens qui ont déjà pris le train et offrent leur service, mais le monde est vaste, les champs larges à cultiver! Il y a encore de la place, beaucoup de place! Mais si vous ne le voyez pas, continuer votre chemin, car les 45% d’entreprises restantes n’ont pas besoin de vous.

Mais si, au contraire, votre matière grise grésille de plaisir lorsqu’elle voit ces chiffres et bien, vous êtes à la bonne place, votre place!

J’ai encore en mémoire le ridicule dans lequel a été plongé le Carnaval de Québec avec la gestion de leur clip de danse sur YouTube (voir le compte rendu de Roch Courcy). Je lisais ici et là l’indignation qui était colportée haut et fort sur Twitter, Facebook et les blogs. Tout le monde s’offusquait de la manière maladroite avec laquelle le Carnaval de Québec avait géré les critiques concernant le buzz qu’ils essayaient de faire lever avec leur clip. Le buzz s’est transformé en un lamentable flop. Pourtant, il aurait été possible de récupérer facilement!

Comment?

Il ne faut pas prendre la critique au premier degré, mais bien puiser en elle cette force qu’elle dégage! La critique, qu’elle soit constructive ou purement gratuite, est une force, une force qui peut vous jeter par terre ou vous élever à de plus hauts sommets. C’est une arme à deux tranchants qui peut tourner à votre avantage si vous usez de finesse et d’intelligence.

Quand cet épisode est arrivé avec le Carnaval, je me souviens d’avoir envoyé sur Twitter un petit message qui disait, en substance ; « Ah bien voici un bon moment pour faire circuler votre CV« .

Je ne sais pas si beaucoup l’ont fait, mais le message était clair! Il y a un feu à éteindre et vous, pompier du Web Social, êtes là!

Il faut savoir passer des paroles aux actes! Il faut oser mettre en pratique vos connaissances, mais aussi leur laisser la chance d’improviser, de s’autocréer.

Pour en revenir à une solution pour le Carnaval de Québec, j’aurais pris la critique pour en faire un virage à 180 degrés, et au lieu de forcer les gens à adopter une danse qui leur faisait horreur et qu’ils ridiculisaient, j’aurais organisé rapidement un concours pour qu’ils envoient leur suggestion de chorégraphie, et les votes et diffusions auraient été orchestrés via les différents médias sociaux.

Plus facile à dire qu’à faire me direz-vous?

Pourquoi dites-vous cela? Car le temps était restreint et que la machine était déjà enclenchée?!

Et moi, de vous répondre: HEY! Nous sommes en 2010 et nous avons tout au bout des doigts pour agir et créer avec intelligence! Nous pouvons lancer une campagne en quelques cliques, nous pouvons faire parlez de nous un en tweet et reTweet à la vitesse de l’éclair!

Si la machine à l’arrière est trop lourde et qu’elle se complaît dans d’interminables réunions facturées à gros prix et qu’elle est incapable de se tourner rapidement de bord, car papi qui agit à titre de conseiller manque d’huile dans sa marchette, et bien cette entreprise manque le train, le bateau et le tricycle… Elle mérite juste de se casser la gueule et d’être reléguée à ce qu’elle est, un dinosaure!

Toutes contraintes peuvent être facilement contournées! Tout problème a sa solution!

Aujourd’hui, la jeunesse à entre ses mains sont Klondike, la rué vers l’or est là, aujourd’hui et non pas demain ou hier!

Faites votre succès!

Arrêtez de vouloir calquer les autres et OSER créer votre propre recette gagnante! À trop vouloir vous abreuver à l’expérience des autres, vous tuer à petit feu votre inspiration, car vous ne vous écoutez plus, vous laisser mourir votre intuition; cette même intuition qui a été de si bons conseils à ceux dont vous louangez tant le succès.

Les grands gagnants de ce monde sont ceux qui n’écoutent que leur feeling et vivent de leurs fruits intérieurs!

Bon business à tous 🙂

7 commentaires On Il y a un problème, et vous êtes la solution!

  • Merci de la citation Steve! Très bon billet en passant, il ne reste plus qu’à voir si la tendance va changer, car 55%, c’est énorme. Pour le Carnaval de Québec, comme le dit mon titre, c’est un très mauvais exemple, mais au moins qui pourrait servir à d’autres pour ne pas se « planter ».

  • J’aimerais en savoir un peu plus sur la statistique du 55 %. Est-ce qu’il s’agit d’une statistique locale, régionale, provinciale, nationale ou internationnale ?

    Il me semble que c’est quand même beaucoup non ? Je travail personnellement quelques jours par semaine dans une boîte de design web et de communication et même là, aucun plan au niveau des réseaux sociaux.

    J’ai récemment lu sur Linked In dans le groupe Québec ou Multimédia Québec, plusieurs discussions très intéressantes sur ce sujet. Si tu as le temps d’y jeter un oeil, ça vaut la peine !

    • Salut Louis! Merci de ton passage!

      Voici l’extrait :

      « A 2009 survey by Deloitte in the US found that while 30 per cent of businesses said social media were part of their strategy, 55 per cent of executives said they did not have a policy in place and 22 per cent said they liked the idea of social networks but didn’t know how to use them. »

      Et le lien de l’article ici: http://www.smh.com.au/business/facing-up-to-facebook-20100315-q9lz.html

      Merci pour la suggestion au sujet des discussions sur Linkedin, je vais essayer d’y jeter un coup d’oeil. Je crois avoir un compte qui traîne. Bizarrement, je n’ai jamais usé de cette plateforme.

      Serais-je devenu dinosaure à mon tour? haha

  • Cela rejoint un tweet de @coachdavender

    Quote: « Accept everything is a draft. It helps to get it done. » @brepettis & @kio_pio http://ow.ly/1kD6g

    Dans la vie, il y a deux catégories de personnes: celles qui font partie du problème et celles qui font partie de la solution.

    L’utilisation des médias sociaux est une question de vie ou de mort à plus ou moins long terme pour les entreprises et les institutions. Pour les entrepreneurs et pour les politiciens.

    Plein de possibilités à saisir! 🙂

  • Bon billet. Je pense aussi que la situation du Carnaval aurait pu être tournée à leur avantage. Le viral peut fonctionner, encore faut-il que le produit soit intéressant. La politique des médias sociaux devrait être intégrée à la politique de comm générale de chaque entreprise. Mais encore là, ce ne sont pas toutes les organisations qui ont des politiques à jour.

    • Plus les mois passent, plus les situations exposées ici et là vont dans un même sens, soit celui que les Médias Sociaux nul ne peut y échapper. Ce nouveau paramètre doit être intégré aux grandes et petites équations d’affaires.

      Mais comme vous le dites, ce ne sont pas toutes les entreprises qui ont des politiques à jour.

      Encore une fois, ce problème à une solution!

      À vous de jouer de ce faisceau lumineux pour montrer à certains gestionnaires cette lacune qui leur fait grandement défaut.

Laisser un message :

Votre adresse courriel ne sera pas publiée avec votre message. C'est confidentiel. :-)

Site Footer

Sliding Sidebar

Sur les réseaux…

Abonnez-vous par courriel

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification pour chaque nouveau billet.

Hébergement wordPress par