Je supporte Wikileaks, de loin…

L’aventure Wikileaks vous interpelle et vous avez le goût de supporter le « bad boy » en créant un miroir du site qui en compte à l’heure actuelle plus de 1885?

La marche à suivre est plutôt simple pour qui a une connaissance de base de son serveur dédié. 8 étapes faciles et à vous la gloire, celle d’avoir participer à la sauvegarde d’un patrimoine virtuel qu’est Wikileaks.

Vraiment?

Si vous voulez réellement faire un geste citoyen, faites-le en supportant une cause de votre environnement immédiat. Wikileaks est, à mon sens, un grand jeu bâti sur une base glissante et qui ne sert surtout qu’à faire un cas d’étude et ne sert pas une grande cause, un but comme on aimerait bien le croire ou même l’espérer, mais avec le temps, il l’est devenu. Les grands enjeux sont, pour la plupart, enterrés sous une montagne de faits divers. Non, le grand enjeu n’est pas Wikileaks en tant que tel, mais bien tout ce qu’il fait vibrer dans les institutions actuelles dites démocratiques.

La démocratie est tout autant en danger par la concentration des médias dans les mains de quelques riches entreprises qu’un Wikileaks dont on essaie de faire fermer virtuellement la gueule.

J’aurais aimé qu’il en soit autrement, j’aurais aimé que de grands secrets soient révélés, mais ce n’est pas le cas et cela me désole. Nous assistons à une sorte de tempête dans un verre d’eau qui fait vibrer la fibre sauveur que nous portons, pour beaucoup, fièrement à bout de bras. Mais l’os à gruger est ailleurs.

Les os ne sont pas les révélations de Wikileaks à proprement parlé, ils sont au niveau de la coalition d’entreprises privées et de gouvernements qui ont souvent le mot liberté et démocratie à la bouche, mais dont les actes sont tout autre. Là est le cas école dont je parlais plus haut, là est l’enjeu à mon sens, celui de la liberté même au sein de ce grand réseau qu’est Internet et où la neutralité du Web est en danger.

I love Wikileaks

Wikileaks je te supporte, mais de loin et pas comme tu le souhaiterais. Je ne mettrai pas en danger mes installations serveur en créant un miroir pour t’héberger. J’aimerais bien, mais je ne peux pas.

La fibre en moi du sauveur de la veuve et l’orphelin est sollicité par la traque dont tu es la cible, mais sincèrement, je ne crois pas que tu seras d’un grand secours pour botter les fesses du système mondial corrompu, on l’argent prime loin devant sur la vie humaine. Non, ton dessein est de nous montrer les rapaces qui veille et sont un danger pour l’Internet tel que nous le connaissons et par ricochet, de nos libertés individuelles.

Je te supporte, car j’ai à coeur la liberté au sens large et non uniquement quand elle sert l’intérêt pécuniaire de certaines corporations ou États.

J’espère que pour 2011, tu as un joker dans ta manche, un qui fera trembler le monde et mélangera les cartes de ce grand jeu mondial, un grand jeu inégal.

Sur ce, je laisse la parole à Pierre Chappaz, Monsieur Wikio lui-même.

1 commentaires On Je supporte Wikileaks, de loin…

Laisser un message :

Votre adresse courriel ne sera pas publiée avec votre message. C'est confidentiel. :-)

Site Footer

Sliding Sidebar

Sur les réseaux…

Abonnez-vous par courriel

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification pour chaque nouveau billet.

Hébergement wordPress par